acceptable


acceptable

acceptable [ aksɛptabl ] adj.
• déb. XIIIe; acetable « agréable » 1165; de accepter
1Qui mérite d'être accepté. recevable. Offres acceptables. fam. valable. Elle « s'engageait à fournir un alibi très acceptable » (Loti).
Ling. Phrase acceptable. correct.
2Assez bon, admissible. passable, satisfaisant. Des notes acceptables.
⊗ CONTR. Inacceptable.

acceptable adjectif (latin ecclésiastique acceptabilis) Qui peut être accepté, reçu, toléré, admis : Une offre acceptable. Attitude qui n'est pas acceptable. Dont on peut se contenter ; juste satisfaisant : Un travail tout juste acceptable.acceptable (synonymes) adjectif (latin ecclésiastique acceptabilis) Qui peut être accepté, reçu, toléré, admis
Synonymes :
Contraires :
Dont on peut se contenter ; juste satisfaisant
Synonymes :
- honnête
- potable (familier)
Contraires :

acceptable
adj. Qui peut être accepté, admissible. Une offre acceptable.

⇒ACCEPTABLE, adj.
Dont les conditions ou qualités sont telles qu'on peut l'accepter.
A.— [En parlant de réalités concr. ou abstr.]
1. Domaine concr. :
1. Hier soir donc, après avoir assuré mon gîte dans le seul hôtel acceptable de la ville, je me suis mis en route, et, par des rues obscures, j'ai marché vers une grande ombre que je croyais être la cathédrale.
J. MICHELET, Sur les chemins de l'Europe, 1874, p. 211.
2. Elle offrit sa maison. Elle en retirait à présent d'inapréciables avantages, une cuisine abondante et fine, des vins acceptables, et les menus cadeaux que lui laissaient en s'en allant ceux qu'elle avantageait de ses faveurs.
M. VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 325.
2. Domaine intellectuel et mor. :
3. La vieillesse sera vaincue, le vieillard connaîtra les joies de la jeunesse, la vie humaine sera vraiment tirée de son ignominie et deviendra quelque chose de noble, d'acceptable et de libéral.
E. RENAN, Drames philosophiques, l'Eau de jouvence, 1888, I, 3, p. 452.
4. Sur l'analogie de vitriol nous avons vu naître aristol, formol, menthol, goménol, mots très acceptables et d'une bonne sonorité.
R. DE GOURMONT, Esthétique de la langue française, 1899, p. 58.
5. Qu'est-ce à dire, sinon que ce sont là deux symbolismes également acceptables par certains côtés et, par d'autres, également inadéquats à leur objet?
H. BERGSON, L'Évolution créatrice, 1907, p. 177.
6. Pour ma part, je n'aurais pas cru le phénomène possible. Ma raison ne l'eût pas jugé acceptable Je me vois forcé de me ranger à l'avis du révérend docteur Pommer.
P.-J. JOUVE, La Scène capitale, 1935, p. 160.
7. L'homme de génie sortira de leurs rangs; ce sera celui qui saura tirer du marxisme une explication du monde actuel frappante, évidente, universellement acceptable, et en déduire des règles d'action : ...
R. VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 67.
8. ... mais ce n'est que le début d'une information démystifiée susceptible d'appréhender les fonctions économiques irremplaçables et, par éducation et persuasion, d'en rendre les conditions d'exercice intelligibles et acceptables.
F. PERROUX, L'Économie du XXe siècle, 1964, p. 458.
3. LANG. COMM. et DR. Offres, conditions acceptables :
9. Je vous remercie de vos réflexions sur ce grand sujet, et je vous remercie en particulier de l'explication si simple, si naturelle, si ingénieuse du Pollion de Virgile, qui me semble tout à fait acceptable au tribunal du sens commun.
J. DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 2, 1821, p. 343.
10. Un effet au 18 devient très acceptable par Foullon avec les mesures conservatoires prises — mais recommandez au jeune homme de faire faire deux effets, un de 2 500 fr et un de 400 francs, à moins que l'effet ne soit tout fait.
H. DE BALZAC, Correspondance, 1843, p. 610.
11. Cette fois, y aurait-il moyen de faire une affaire à Bruxelles? Qu'en pensez-vous? Croyez-vous que la librairie Méline me ferait une offre acceptable?
V. HUGO, Correspondance, 1852, p. 124.
12. Au cours de la réunion tenue, le 19 juin, chez Sir Miles Lampson et à laquelle assisteraient Wavell et Catroux, je rédigeai dans le même sens le texte des conditions qui me paraissaient acceptables pour nous-mêmes et convenables pour ceux qui nous combattaient.
Ch. DE GAULLE, Mémoires de guerre, L'Appel, 1954, p. 161.
En partic., en parlant d'une offre de mariage :
13. Le prétendant était parfaitement digne de ce qu'il recherchait. Grand propriétaire, issu de bonne maison, même d'une maison alliée trois fois à la famille régnante; il était noble, aimable, et, d'aucune façon, on n'avait rien à lui reprocher. Le prince répondit que le parti lui semblait acceptable; qu'une seule difficulté se pourrait présenter, le refus d'Aurore.
J.-A. DE GOBINEAU, Les Pléiades, 1874, p. 261.
Rem. Dans le domaine jur. il y a lieu de distinguer les 2 termes acceptable et recevable. Recevable est un terme techn. définissant les conditions dans lesquelles une requête, une action en justice peuvent être légalement intentées. (La recevabilité se situe dans le cadre de l'action civile). Acceptable est un terme moins restreint; il allie le plus souvent le point de vue moral et la légalité (propositions acceptables légalement et moralement).
B.— Fam. [En parlant de pers.] Digne d'être agréé :
14. ... si elle s'était, comme les Parisiennes, habituée à porter chaque nouvelle mode, elle eût été présentable et acceptable; mais elle gardait la raideur d'un bâton.
H. DE BALZAC, La Cousine Bette, 1847, p. 33.
15. Certes, je veux qu'on m'admire, et même qu'on m'adore, puisqu'il est entendu que je suis le seul écrivain acceptable de la fin du dernier siècle et du commencement du nouveau.
L. BLOY, Journal, 1905, p. 265.
Prononc. :[]. Pour la prononc. de la finale, cf. suff. -able. Enq. :/akseptabl/.
Étymol. ET HIST. — 1. a) 1165 acetable « agréable (d'un animé) » (B. DE STE-MAURE, Troie, éd. Constans, 5155 ds T.-L. : mout esteit de cors acetables Menelaus); 1547 acceptable « id. » (G. HAUDENT, Apologues d'Ésope, I, 124 ds HUG. : Aulcun chien blandissoit A son seigneur, et luy applaudissoit, Quand le voyoit notamment en la table, Dont en effect estoit fort acceptable A son seigneur); b) 1170 « id. (d'un inanimé) » (Rois, éd. Curtius, p. 57 : é tis alers é tis venirs devant mei mult m'est acceptables [Akish parlant à David]). — 1656 (PASCAL, Provinciales ds LITTRÉ : Ce sacrifice a été reçu et est acceptable à Dieu); c) fin XIIe acceptable « opportun, favorable (du temps) » (Dialoge Gregoire le Pape, éd. Förster, 254, 6 ds T.-L. : en acceptable tens öi ge toi). — XIIIe s. apceptable « id. » (Serm. du XIIIe s. ms. Mont Cassin, f° 98d ds GDF. : Il est ore tans apceptables et ore sunt jor de salu); 2. a) début XIIIe s. « qui peut être accepté, recevable (d'un inanimé) » (Godefroy de Bouillon, éd. Hippeau, 129 ds T.-L. : consel aceptable); 1431, 19 mai « qui a cours (monnaie) » (Franch. de Montbeliart, Arch. mun. Montbeliart ds GDF. Compl. :la monnoie commune et acceptable en la province); 1690 terme jur., FUR. s.v. (...) Ces offres, ces propositions sont acceptables, et ne doivent point être refusées; b) 1834 (d'un animé) Ch.-A. SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, p. 196.
Empr. au lat. chrét. acceptabilis, au sens 2 dep. TERTULLIEN, Ad Nationes, 1, 19 ds BLAISE 1954 : acceptabilior praesumptio (cf. 1163-74 : Traditiones Falkensteinenses, 23, 27 ds Mittellat. W. s.v., 79, 33 : acceptabilis per totam provinciam denarii), d'où est dér. le sens 1, à l'orig. empl. en réf. à Dieu : « recevable, agréé (de Dieu) » donc « agréable (à Dieu) », dep. TERTULLIEN, Adv. Judaeos, 5 : acceptabile sacrificium; empl. ensuite dans cont. plus gén. : (d'un inanimé) AUGUSTIN, Epist., 21, 1 ds TLL s.v., 281, 65 : nihil esse hominibus acceptabilius episcopi officio; (d'un homme) VULG., Esth. 10, 3 : Mardochaeus... acceptabilis plebi fratrum. Mêmes emplois en lat. médiév., voir Mittellat. W. s.v., 79, 39 sq.
STAT. — Fréq. abs. litt. :225. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 69, b) 206; XXe s. : a) 402, b) 544.
BBG. — BAR 1960. — BÉNAC 1956. — JAL 1848.

acceptable [aksɛptabl] adj.
ÉTYM. Déb. XIIIe; acetable « agréable », 1165; du lat. ecclés. acceptabilis.
1 Qui mérite d'être accepté. || Des offres acceptables. Recevable, satisfaisant, valable (fam.). || Une explication acceptable.
1 La paix acceptable, la transaction honorable, qu'on s'était flatté d'obtenir après la déchéance de la dynastie napoléonienne, n'étaient pas possibles.
J. Bainville, Hist. de France, XXI.
2 Qui a un niveau suffisant; admissible. Passable, potable (fam.), satisfaisant. || Des notes acceptables.
3 Ling. Qui a le caractère d'acceptabilité (cit. 1).
2 Il a fait un assez grand usage de cette notion linguistique : l'acceptable : une forme est acceptable (lisible, grammaticale), lorsque, dans une langue donnée, elle peut recevoir du sens.
R. Barthes, Roland Barthes, p. 121.
CONTR. Inacceptable.
DÉR. Acceptabilité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Acceptable.TV — Country of origin USA …   Wikipedia

  • Acceptable — Ac*cept a*ble ( s[e^]pt [.a]*b l; 277), a. [F. acceptable, L. acceptabilis, fr. acceptare.] Capable, worthy, or sure of being accepted or received with pleasure; pleasing to a receiver; gratifying; agreeable; welcome; as, an acceptable present,… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • acceptable — I adjective adequate, admissible, advisable, agreeable, allowable, applicable, appropriate, attractive, becoming, comfortable, commensurate, conventional, decent, desirable, eligible, entitled, enviable, expedient, fair, felicitous, fit,… …   Law dictionary

  • acceptable — (adj.) late 14c., from O.Fr. acceptable, from L. acceptabilis worthy of acceptance, from acceptare (see ACCEPT (Cf. accept)). Related: Acceptably …   Etymology dictionary

  • acceptable — [adj] satisfactory, agreeable adequate, admissible, all right, A OK*, average, big*, common, cooking with gas*, cool*, copacetic, decent, delightful, fair, hep*, hip*, hunky dory*, in the swim*, kosher*, large, okay, on the ball*, on the beam*,… …   New thesaurus

  • acceptable — Acceptable, com. gen. penac. Recevable et aggreable envers chacun, Gratus, Acceptus, Mettable …   Thresor de la langue françoyse

  • acceptable — ► ADJECTIVE 1) able to be accepted. 2) adequate, though not outstanding or perfect. DERIVATIVES acceptability noun acceptably adverb …   English terms dictionary

  • acceptable — [ak sep′tə bəl, əksept′tə bəl] adj. 1. worth accepting; satisfactory or, sometimes, merely adequate 2. tolerable; bearable acceptability n. acceptableness acceptably adv …   English World dictionary

  • acceptable — adj. VERBS ▪ be, prove, seem ▪ become ▪ make sth ▪ an attempt to make the reforms acceptable to both sides ▪ …   Collocations dictionary

  • acceptable — ac|cept|a|ble W3S3 [əkˈseptəbəl] adj 1.) good enough to be used for a particular purpose or to be considered satisfactory acceptable to ▪ an agreement which is acceptable to all sides ▪ Students who achieve an acceptable standard will progress to …   Dictionary of contemporary English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.